Entente entre Nanogrande, l’ÉTS et Airbus Safran


Dominique Lemoine - 01/03/2017

La coentreprise française Airbus Safran Launchers conçoit, développe et produit notamment des fusées de lancement civiles et militaires.Nanogrande, ÉTS, Airbus Safran Launchers

L’entreprise de Laval Nanogrande conçoit, produit et vend une technologie d’impression additive à l’échelle moléculaire qui mobilise des techniques de nanotechnologie, de fabrication additive et d’impression 3D, ainsi que des semi-conducteurs.

Nanogrande affirme que l’entente de collaboration multipartite, qui inclut l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, vise à « permettre de développer une technologie de traitement et de fabrication de surfaces ». Le pôle de recherche en matériaux avancés Prima Québec serait aussi impliqué en matière de financement.

L’entente de collaboration serait prévue pour s’étendre sur une période de trois ans et elle comporterait surtout des retombées en matière d’aérospatiale. Les domaines militaires, de la médecine, du transport et de l’énergie pourraient aussi en bénéficier, mentionne Nanogrande.

Nanogrande ajoute considérer Airbus Safran comme étant une « vitrine ».

Les fusées de lancement développées par Airbus Safran incluraient les modèles Ariane 5 et 6, qui sont impliqués dans des lancements de satellites commerciaux vers l’orbite de transfert géostationnaire. Airbus Safran se spécialiserait aussi en systèmes sous-marins et terrestres de missiles.

Lire aussi :

Impression 3D : Partenariat entre le CRIQ et Nanogrande

Partenariat Québec-France en impression 3D

Conquête de l’espace version Google et SpaceX




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dominique Lemoine

À propos de Dominique Lemoine

Dominique Lemoine est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.
Google+