Déploiement d’un réseau mobile dans le métro de Montréal


Jean-François Ferland - 25/09/2013

Bell, Rogers, TELUS et Vidéotron débourseront environ 50 M$ pour l’établissement d’une infrastructure commune de réseau mobile dans le métro de Montréal.Logo du métro de Montréal

La Société de transport de Montréal (STM) a indiqué qu’une entente commerciale a été établie avec les quatre principaux fournisseurs de services de télécommunications mobiles qui sont présents dans le marché commercial de la métropole québécoise, soit Bell, Rogers, TELUS et Vidéotron, afin de mettre en place un réseau mobile qui sera compatible avec les technologies 3G, 4G et 4G LTE (pour Long Term Evolution). L’entente a été établie par le biais de Transgesco, la filiale commerciale de la société de transport.

Les usagers du réseau de métro de la STM pourront capter les signaux mobiles lorsqu’ils seront dans les stations, sur les quais et dans les rames de métro, notamment lors des déplacements dans les tunnels.

Le projet, dont les phases de planification et de conception ont été amorcées, sera réalisé en cinq phases durant une période de cinq à sept ans. La valeur du projet est estimée à cinquante millions de dollars.

Les représentants de la STM et des exploitants de réseaux mobiles Bell, Rogers, TELUS et Vidéotron

De gauche à droite : Michel Labrecque, président du conseil d’administration de la STM; François Gratton, président de TELUS Québec et provinces de l’Atlantique; Michel Dagenais, vice-président, Réseaux d’accès sans fil chez Bell; Hyun Hee Pyun, vice-présidente, Marketing et Communications, Est du Canada, Rogers Communications; Daniel Proulx, chef de la direction technologique chez Vidéotron. (Photo : STM)

La STM indique que les travaux d’installation des équipements requis pour l’exploitation de ce réseau seront entrepris d’ici la fin de 2013 dans les stations Saint-Laurent et Place-des-Arts, sur la ligne verte, en premier lieu.

Les signaux des réseaux mobiles étaient déjà accessibles dans certaines stations du réseau de la STM, dont la station Berri-UQAM. Également, les signaux pouvaient être captés partiellement dans quelques stations à fleur de sol, dont la station Place-d’Armes.

Une fiche technique de la Société de transport de Montréal indique que les signaux mobiles, à partir de l’extérieur, seront transmis par le biais d’interconnexions de systèmes, de centres de commutation et de liaisons de fibre optique et de stations de base des quatre fournisseurs de services mobiles jusqu’à des équipements de jonction des signaux et de conversion des signaux de radiofréquence en signaux optiques qui seront exploités dans une salle centrale.

Ces signaux optiques seront acheminés par le biais de câbles de fibre optique jusqu’à des équipements radio situés, dans les stations et les tunnels, qui convertiront les signaux optiques en signaux de radiofréquence. Des câbles coaxiaux transmettront ces signaux vers des antennes qui seront réparties dans les stations et les tunnels du métro. Ces antennes émettront des signaux mobiles vers les appareils des utilisateurs du service de transport collectif. Les communications produites à partir des appareils mobiles suivront un parcours en sens inverse au sein de l’infrastructure de réseautique qui sera implantée dans le métro de Montréal.




Tags: , , , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+