Croissance de Groupe Telecon : jamais un sans deux


Jean-François Ferland - 09/04/2014

André Héroux, le président et chef de la direction de Groupe Telecon, discute des acquisitions des derniers mois et de la stratégie de l’entreprise.Logo de Groupe Telecon

Groupe Telecon, qui offre des services techniques d’ingénierie, de conception, de construction et de mise en service de réseaux filaires et sans fil, vient de réaliser une deuxième transaction en moins de cinq mois avec l’entreprise Netricom. (Lire : Groupe Telecon acquiert les actifs en ingénierie de Netricom)

En décembre 2013, l’obtention  auprès de Netricom d’actifs en construction de réseaux – qui ont appartenu autrefois à Prestige Telecom – avait procuré à Groupe Telecon un accès à des employés, de l’équipement et des véhicules qui servent à bâtir des tours de réseaux sans fil. Groupe Telecon, qui était présente au Québec et en Ontario, avait étendu alors sa présence en Alberta, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

André Héroux

André Héroux, le président et chef de la direction de Groupe Telecon. (Photo : Groupe Telecon)

André Héroux a joint Groupe Telecon en 2012, dans le cadre d’un changement de direction initié par Capital régional et coopératif Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec, les principaux actionnaires de l’entreprise depuis 2011. À son arrivée, il a établi un plan stratégique qui visait à doubler les revenus de Groupe Telecon en trois à cinq ans et à lui donner une présence pancanadienne, en raison de la présence commerciale des quatre grands fournisseurs en télécommunications [NDLR Bell, Rogers, TELUS et Vidéotron] dans l’ensemble du territoire canadien.

Informé de la difficulté financière de Netricom quant à la division de construction de réseaux sans fil, qui ne faisait pas partie de son cœur de métier, M. Héroux a perçu une opportunité. Il a approché la direction de l’entreprise de Baie-d’Urfé afin de discuter d’un projet d’acquisition.

« Mais à la deuxième rencontre, j’ai manifesté un intérêt stratégique pour la division d’ingénierie, pour la conception des réseaux de télécommunications à bâtir pour les grands clients », a indiqué M. Héroux, lors d’un entretien avec Direction informatique.

Cette offre non sollicitée d’acquisition d’une division plus importante de Netricom s’est donc concrétisée quelques mois après la première transaction entre les deux parties.

Marché en effervescence

Pour Groupe Telecon, la deuxième acquisition d’actifs auprès de Netricom soutient une stratégie de développement qui vise à offrir à la clientèle, soit les grands fournisseurs de services de télécommunications au Canada, la prise en charge de l’ingénierie, la conception, le déploiement et l’activation de réseaux mobiles et filaires.

L’offre commerciale, qui touche autant à l’érection de pylônes et de soucoupes de transmission qu’à la réalisation de branchements chez les particuliers et au délestage des réseaux sans fil vers les réseaux filaires, nécessite des ressources techniques et humaines qui doivent être disponibles à l’endroit et au moment approprié pour la clientèle.

« La rareté de la main-d’œuvre est un phénomène qui est présent. On ne peut pas faire une offre de service à un client et lui dire d’attendre qu’on fasse une embauche. En étant présents maintenant dans huit provinces, nous avons une valeur ajoutée et une offre unique au Canada. Nous serons les premiers à avoir une telle offre », a souligné M. Héroux.

Enfin, bien que Groupe Telecon exploite un centre administratif à Montréal et qu’une partie importante des actifs obtenus de Netricom soit en Ontario, où travaillent 600 personnes, M. Héroux a confirmé le maintien à Trois-Rivières du siège social de l’entreprise, qui a été fondée en 1967.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+