Contenu vidéo illimité : Vidéotron concurrencera Netflix


Jean-François Ferland - 21/02/2013

Vidéotron commercialisera le produit « Illico Club à volonté » au Québec et en Ontario, en misant sur l’offre de contenu en français. Son contenu pourra être regardé à la télé, sur un ordinateur et sur une tablette numérique. (Mise à jour)

Logo du produit Illico Club à volonté de Vidéotron

(Logo: Vidéotron)

Le fournisseur de services de télécommunications Vidéotron a présenté sa nouvelle offre de contenu vidéo illimité par abonnement lors d’un événement de presse à son siège social, à Montréal. En présence du président et chef de la Quebecor, Pierre Karl Péladeau, et du président et chef de la direction de Vidéotron, Robert Dépatie, la présidente des Services consommateurs de Vidéotron, Manon Brouillette, a présenté le produit de contenu vidéo illimité « Illico Club à Volonté » comme étant un « Netflix québécois, mais avec du contenu entièrement francophone ».

Le produit permettra la consultation de films, de séries télé, de documentaires et de concerts, en haute définition « pleine HD » si disponible, par le biais d’un abonnement. À compter du 23 février, ce produit sera accessible pour 9,99 dollars par mois à partir d’un terminal de télévision de nouvelle génération, par le biais du portail Web de contenu télévisuel illico.tv et sur une tablette numérique à plateforme Android, par le biais d’une application dédiée.

« Ce produit démontre notre culture d’innovation notre désir de donner aux Québécois le dernier cri en matière d’innovation technologique, a déclaré M. Péladeau. Il s’agit d’un produit pensé, développé et commercialisé par des gens d’ici, pour des gens d’ici. Il démontre notre capacité de saisir les attributs du marché et les spécificités de notre culture. »

« Nous faisons cette initiative pour garder notre place privilégiée dans le coeur des Québécois », a ajouté M. Dépatie.

Disponibilité commerciale

Le nouveau produit de contenu vidéo illimité de Vidéotron comporte des particularités commerciales que le fournisseur n’a appliqué précédemment à d’autres produits.

D’une part, ce produit sera offert au Québec, mais aussi en Ontario par le biais d’Internet, sous le portail illico.tv et dans l’application pour tablette numérique. Mme Brouillette a précisé que Vidéotron a obtenu des droits de diffusion du contenu vidéo pour l’ensemble du Canada, mais elle a indiqué que le produit n’état pas offert pour l’instant dans d’autres provinces canadiennes en raison de contraintes liées à l’application des taxes provinciales.

D’autre part, le produit de contenu vidéo illimité sera accessible aux consommateurs qui ne sont pas des clients des services de réseautique de Vidéotron. « Avec ce service, nous allons tenter de convaincre les Québécois qui ne sont pas nos clients d’opter pour nos autres produits », a déclaré M. Dépatie.

Mme Brouillette a affirmé que le nouveau produit « regorgera de contenu francophone et d’ici », en soulignant que le concurrent Netflix n’offrait que 10 % de son contenu en français. En octobre 2012, lors de l’annonce de la disponibilité de contenu du télédiffuseur Radio-Canada dans Netflix au Canada, Netflix offrait alors environ 130 films et épisodes de séries télé en français.*

En conférence de presse, les représentants de Vidéotron ont souligné à quelques reprises que l’entreprise offrait plus de 20 000 titres – un titre étant un film, un épisode d’une série ou un concert – dans son service « Illico sur demande ». À la demande de Direction informatique, Mme Brouillette a indiqué que 2 000 titres seront offerts en premier lieu dans le produit « Illico à volonté », ce qui correspond à 10 % du catalogue de contenu vidéo à la demande. Elle a ajouté que l’entreprise surveillera le profil de consommation des utilisateurs afin de définir la quantité de contenu vidéo à ajouter dans le nouveau produit.

Par ailleurs, parmi divers les fenêtres de diffusion, le contenu vidéo qui sera offert dans le produit à consommation illimité se situera après la fenêtre de la télévision payante et avant celle de la télévision généraliste.

Interrogé sur les impacts du produit de contenu vidéo illimité sur les clubs vidéo de Vidéotron, M. Dépatie a affirmé que les grands utilisateurs des produits des établissements de la bannière SuperClub étaient déjà de grands utilisateurs des services en ligne de vidéo à volonté.

Bande passante et contraintes techniques

Au niveau technique, le nouveau produit de Vidéotron n’aura pas d’impact sur la bande passante des utilisateurs de son infrastructure de réseautique lorsqu’ils regarderont du contenu à l’aide de leur terminal de télévision.

Lorsque le contenu sera visionné via Internet, le produit utilisera la capacité en téléchargement qui fait partie du forfait d’un consommateur. Selon M. Dépatie, la diffusion en continu utilisera 1,8 mégaoctet à la seconde ou environ 1 gigaoctet pour un film de 90 minutes. Cette consommation de la capacité de téléchargement s’appliquera autant aux forfaits de données des clients en réseautique de Vidéotron qu’aux forfaits des clients de fournisseurs concurrents.

D’autre part, Vidéotron privilégie l’utilisation du produit sur les tablettes numériques par le biais des réseaux sans fil Wi-Fi. Mme Brouillette a indiqué que le produit pouvait être utilisé sur le réseau 4G de l’entreprise, mais M. Dépatie s’est empressé d’ajouter « mais on ne le conseille pas pour le moment. »

À la demande d’une précision à ce sujet, un porte-parole de Vidéotron a précisé que cette approche n’était pas recommandée en raison des impacts qu’auraient la le visionnement de contenu vidéo sur la consommation de données du forfait mobile d’un consommateur.

Soulignons que la réponse de M. Dépatie a été suivie d’un « Mais… », ce qui constitue en quelque sorte une porte ouverte à une modification de la recommandation si l’offre commerciale de Vidéotron au niveau des forfaits mobiles venait à être modifiée.

À propos de la disponibilité du produit sur la plateforme iOS des tablettes iPad d’Apple, les représentants de Vidéotron ont fait part de l’existence de contraintes qui sont liées à la gestion des droits numériques. Ils ont affirmé que le personnel de l’entreprise espérait offrir le produit sur l’iPad au cours des prochains mois.

* Une demande de mise à jour sur la disponibilité de contenu en français sur Netflix au Canada a été formulée par Direction informatique. Au moment de publier cet article en ligne, le fournisseur de service n’avait pas encore répondu à la requête. Par courriel, le directeur des communications chez Netflix, Joris Ever, a indiqué que l’entreprise continuait à enrichir son catalogue et « faisait tous les efforts pour acquérir des titres canadiens qui reflètent la diversité culturelle, géographique et linguistique» du Canada.

Toutefois, le porte-parole n’a pas fourni de statistique sur le nombre de titres qui sont disponibles en français dans Netflix au Canada.




Tags: , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+