Congrès WCIT 2012 à Montréal: une conférence centrée sur l’utilisateur


Jean-François Ferland - 06/03/2012

Le Congrès mondial des technologies de l’information de Montréal, qui se déroulera en octobre 2012, s’intéressera à la place de l’utilisateur dans la société numérique. En préambule, des milliers de personnes s’exprimeront sur les thématiques de l’événement lors d’un «un remue-méninge en ligne».

Les responsables du 18e Congrès mondial des technologies de l’information 2012 (World Congress of Information Technology ou WCIT en anglais) ont présenté les grandes lignes de l’événement mondial de l’Alliance mondiale des services et des technologies de l’information (World Information Technology and Services Alliance, ou WITSA en anglais) qui aura lieu du 22 au 24 octobre au Palais des Congrès à Montréal.

Pour ce congrès, dont le thème principal sera « UNE vision pour une société numérique mondiale », les organisateurs attendent plus de cent conférenciers, quelque 3 000 délégués provenant de 80 pays et jusqu’à 300 représentants des médias. Les délégués attendus à Montréal proviendront des niveaux académique, corporatif, commercial, scientifique et gouvernemental. L’événement durera trois jours, au lieu de deux jours et demi lors des éditions précédentes.

Cerner le citoyen numérique

Le président-directeur général du WCIT 2012, François Morin, compare le congrès aux Jeux olympiques en raison de sa fréquence – le congrès a lieu tous les deux ans – et du nombre de pays de provenance des participants à l’événement. Il explique que le congrès WCIT, qui a déjà été conçu en fonction des fournisseurs de solutions technologiques, est maintenant centré sur le citoyen qui fait usage des technologies de l’information et des communications.

« Le but de l’événement sera de comprendre et de situer le citoyen dans l’environnement numérique, explique M. Morin. Les thématiques seront toujours dans un contexte de l’utilisateur par rapport à la société numérique. Nous voulons nous assurer qu’il y ait une réflexion internationale sur l’évolution de la société numérique. Alors qu’elle évolue très rapidement, nous sommes rendus, dans le temps, à prendre un recul et à voir comment se structure cette société numérique. »

M. Morin indique que le congrès, par le biais des partenaires commerciaux de l’événement, bénéficiera de conférenciers de haut niveau tels que Steve Ballmer, le chef de la direction de Microsoft, ou Bernard Charlès, le chef de la direction de Dassault Systèmes. M Morin assure que les présentations des conférenciers et les plénières ne seront pas des argumentaires de vente. Il donne l’exemple de Roger Martin, le fondateur de l’école de gestion Rotman School of Management à Toronto, qui parlera selon une approche académique de la créativité et des TI en rapport au développement des affaires.

Remue-méninge numérique

M. Morin explique que le congrès WCIT de Montréal devait être le lieu de définition d’une « charte des droits du citoyen numérique », mais faute de temps ce projet a été reporté au congrès WCIT qui aura lieu au Mexique en 2014. Toutefois, l’événement montréalais servira à établir un « plan d’action pour la citoyenneté et la société numérique » qui sera utilisé lors de WCIT 2014.

Pour l’établissement du plan d’action, les organisateurs de l’événement WCIT 2012, en première mondiale au niveau des congrès WCIT, produiront trois mois avant le congrès un forum en ligne qui portera le nom de « Techno-Jam numérique » (World Tech Jam en anglais). Ce forum, qui durera soixante-douze heures du 5 au 7 juin 2012, constituera en une conversation en temps réel, modérée et structurée sur des problématiques liées à la société numérique, en fonction des thématiques principales du congrès.

Les responsables du WCIT 2012, qui qualifient ce forum de « remue-méninge numérique », anticipent la participation de 20 000 personnes qui auront été sélectionnées et invitées parmi les ahérents des diverses associations en TIC qui sont membres de l’alliance WITSA. Des regroupements tels que Réseau Action TI et TechnoMontréal au Québec et l’Association canadienne de la technologie de l’information à l’échelle canadienne seront mis à contribution afin de susciter la participation de leurs membres.

M. Morin souligne que la conversation structurée qui découlera du forum en ligne sera téléversée dans un portail d’information qui sera rendu accessible au grand public afin que les internautes puissent y ajouter leurs commentaires. « Ce sera la pierre d’assise du plan d’action sur la société numérique », affirme M. Morin.

Argumentaire et maillage

Parmi les autres composantes du congrès WCIT 2012, on retrouvera le Forum d’investissement C200 où 200 entreprises canadiennes rencontreront des firmes de capital de risque. M. Morin souligne que les rôles seront renversés pour cet événement, puisque ce sont les capital-risqueurs qui feront « l’argumentaire d’ascenseur » devant les entreprises afin de tenter de les séduire.

Également, le programme du WCIT 2012 inclura un événement de commerce interentreprises auquel participeront de 200 à 300 PME canadiennes, un concours nommé World Summit Youth Award, de l’Organisation des nations unies, qui soulignera les meilleurs projets de contenu numérique et de nouveaux médias conçus par les jeunes, ainsi qu’une aire d’exposition.

M. Morin assure que l’industrie québécoise des TIC ne sera pas une simple spectatrice du WCIT 2012. Il indique que des associations industrielles et des organisations du Québec sont déjà sollicitées afin de participer aux présentations et aux activités du congrès mondial.

Le congrès WCIT 2012 de Montréal sera le deuxième événement de l’alliance WITSA du genre à être tenu au Canada. Toronto a été la première ville-hôte de l’événement au pays, en 1986.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de février-mars 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+