Commerce électronique : des PME canadiennes manquent de ressources


Fanny Bourel - 02/11/2015

Des PME canadiennes tarderaient à se lancer dans le commerce électronique même si 81 % d’entre elles seraient conscientes que les communications mobiles et numériques pourraient être essentielles à leur croissance.Illustration du concept du commerce électronique

Selon la cinquième édition annuelle du sondage en ligne Les défis des petites entreprises de l’entreprise de logistique UPS, un répondant sur cinq, soit 21 %, déclare en 2015 ne faire aucune affaires sur Internet, un chiffre qui reste stable par rapport à 2014.

Pour expliquer ce décalage, la moitié des PME convaincues de l’importance du cybercommerce citent « l’incapacité à exploiter une plateforme en ligne, tout en assurant un service à la clientèle constant et de qualité » comme principale obstacle à leur développement sur Internet.

Pour 39 % des entreprises interrogées, assurer la gestion et la coordination harmonieuse de la chaine d’approvisionnement et du système de livraison est également un frein. C’est 10 % de plus qu’en 2014, qui avait déjà enregistré une hausse de 30 % par rapport à 2013.

« Depuis l’année dernière, la croissance des ventes en ligne, tant sur le plan du commerce avec les particuliers que celui du commerce interentreprises, démontre que les consommateurs s’attendent à ce que les fournisseurs proposent des solutions de commerce électronique », a déclaré, par communiqué, Mark Tabor, vice-président au marketing chez UPS Canada.

Lire aussi :

Commerce électronique : des détaillants québécois en retard

Confection d’une place de marché de commerce électronique d’ici

Débat : sommes-nous des copieurs ou des génies en commerce électronique?




Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,