Garantir sa place dans le nuage Azure

09/05/2017 - Glenn Weir

Commandité par : Cogeco Peer 1

Lorsque le PDG de Google, Eric Schmidt, a utilisé le terme « nuage » en 2006 dans le cadre d’une conférence sectorielle, la plupart des gens ne pouvaient imaginer l’ampleur que prendrait le nuage, ni même si ce concept avait une quelconque possibilité de devenir une réalité. Comme nous le savons, son évolution est bien réelle, passant de slogan à mouvement puis à renversement des paradigmes.

En 2013, International Data Corporation (IDC) a prédit qu’au plus tard en 2016, 70 % des DPI (abréviation pour dirigeant principal de l’information) auraient adopté une stratégie axée sur le nuage. Gartner a poussé la réflexion un peu plus loin en déclarant que d’ici 2020, il serait aussi inconcevable pour une entreprise d’avoir une politique du « zéro nuage » qu’il est impossible pour une entreprise d’avoir une politique du « zéro Internet » aujourd’hui.

Les cadres supérieurs toujours préoccupés

Il semblerait que la conversion à l’infonuagique soit maintenant une réalité. La mise en œuvre est démarrée. Pourtant, plusieurs sont encore hésitants. Dire qu’il a été adopté de façon universelle ignore ses risques possibles. En plus d’une décennie depuis que le mot « nuage » a été prononcé pour la première fois par le multimillionnaire Schmidt, les DPI ont de la difficulté à calmer leurs inquiétudes à propos de la signification d’une adoption du nuage, ayant de sérieuses réflexions sur quelques questions difficiles qui demandent des réponses, dont entre autres :

  • « Si j’entreprends une conversion vers le nuage, mon entreprise est-elle susceptible de subir un temps d’indisponibilité? Si oui, de quelle durée? »
  • « Y aura-t-il des décalages et des erreurs lorsque j’essaierai d’accéder à mes applications et mes données? »
  • « La sécurité de mes données sensibles sera-t-elle assurée au même niveau qu’en interne? »

« Naturellement, les preneurs de décisions veulent obtenir toutes les garanties quant à la sécurité et la fiabilité du nuage, dit David Ramsey, directeur, alliances et partenaires stratégiques, pour Cogeco Peer 1. Les cadres supérieurs parlent de la sécurité du nuage, mais souvent, ils restent vagues lorsqu’on leur demande de préciser leurs préoccupations de manière plus détaillée. La seule chose qu’ils savent, c’est qu’ils ne veulent pas se retrouver dans une position précaire qui représenterait un risque pour leurs données et la réputation de leur entreprise. »

Une étude récente menée par Accenture auprès de 2000 praticiens de la sécurité d’entreprise (124 au Canada) révèle un manque de confiance d’un grand nombre d’entreprises à l’égard de leur sécurité en général :

  • 29 % disent qu’ils surveillent les menaces pertinentes à leur entreprise de façon efficace;
  • 48 % sont d’avis qu’ils limitent les interruptions des affaires;
  • 52 % croient qu’ils parviennent de façon adéquate à surveiller les atteintes à la sécurité.

« Les DPI veulent et ont le droit d’obtenir toutes les garanties que leur fournisseur de solution infonuagique comprend d’où ils viennent et quel est leur but, dit Ramsey. Une grande part de leur hésitation à adopter le nuage concerne la décision de ce qui restera sur place et ce qui sera envoyé dans le nuage. Bien que ces décisions ne doivent pas être prises à la légère, avec la participation du bon partenaire, une partie importante de cette peur peut être éliminée de l’équation. »

La rapidité est un autre facteur de préoccupation pour les preneurs de décisions.

« Il y a cet énorme point d’interrogation concernant la possibilité pour les entreprises d’avoir rapidement accès à leurs données et leurs applications, et le risque de délais et de contretemps, dit Ramsey. Un DPI a encore de nombreuses hésitations à propos de l’infonuagique exactement pour cette raison. Une vitesse inadéquate est synonyme d’inefficacité, ce qui justifie à leurs yeux de ne pas entreprendre la conversion. »

Supervitesse et garantie

Les entreprises utilisant ExpressRoute, un service de Microsoft Azure, comptent sur des connexions privées entre les centres de données Microsoft et l’infrastructure sur place ou en colocation. Les connexions ExpressRoute, qui ne sont pas déployées dans l’Internet public, sont plus rapides, plus fiables et beaucoup plus sécuritaires que les connexions génériques sur le nuage.

« Notre service Cloud Connect for ExpressRoute représente tout ce que Microsoft offre par le biais de sa technologie Azure, chef de file de l’industrie dotée d’une vitesse et une expertise inégalées, dit Ramsey. Il est très peu probable qu’une entreprise pouvant se connecter au nuage Azure de manière totalement sécurisée soit la cible d’une cyberattaque. Nous parlons ici d’un réseau vraiment privé. Pour n’importe quel preneur de décisions qui s’abstient de prendre position sur l’infonuagique, ceci est le service le plus près d’un système totalement sécuritaire qu’il ne pourra jamais obtenir. »

Pour en apprendre plus sur Cogeco Peer 1, et sur la façon d’établir un environnement infonuagique super rapide et super sécuritaire pour votre entreprise, visionnez cette vidéo.


Mots-clés: , , , , , , , , , , ,