Cisco abolira 6 500 emplois en août


Jean-François Ferland - 19/07/2011

Cisco annoncera au début d’août à des employés du Canada, des États-Unis et d’autres pays qu’ils n’auront plus d’emploi. 15 % des postes au niveau de la vice-présidence seront abolis. 2 100 personnes auraient opté pour une retraite anticipée. Une usine mexicaine est vendue à Foxconn.

Cisco, un des fournisseurs majeurs de produits et de solutions de télécommunications et de collaboration, supprimera au cours des prochaines semaines 6 500 emplois parmi sa main-d’oeuvre de quelque 73 000 employés à l’échelle mondiale.

Dans un communiqué annonçant les mesures liées à son « plan d’action d’ensemble », Cisco indique que des coupures seront effectuées au sein de son personnel aux États-Unis, au Canada et dans certains pays à court terme, et plus tard ailleurs en raison des lois en vigueur dans d’autres pays.

Notamment, quinze pour cent des personnes qui occupent des postes de vice-présidence et des niveaux supérieurs chez Cisco devront se chercher un nouvel emploi. Environ 2 100 employés auraient déjà opté pour un programme de retraite anticipée.

Incertitude

Or, Cisco précise que les employés qui perdront leur emploi – soit environ 4 400 personnes – seront informés de la décision de leur employeur « durant la première semaine d’août ».

Ainsi, il appert que le personnel de l’entreprise vivra dans l’incertitude au cours des deux prochaines semaines. Pour le moment, Cisco emploie 1 200 personnes au Canada.

Dans une entrevue accordée à Direction informatique la fin de mai 2011, le vice-président responsable des ventes et des opérations pour l’Est du Canada, Jean-Claude Ouellet, et le vice-président responsable des partenaires et du secteur commercial pour l’Est du Canada, Luc Deschênes, avaient affirmé que Cisco Canada vivait « une croissance phénoménale » et que « le contexte économique [demeurait] bon au Canada ».

Également, les représentants de Cisco Canada avaient indiqué que l’entité canadienne prévoyait embaucher du personnel en prévision du début de l’année financière 2012 de l’entreprise, qui s’amorcera le 1er août prochain.

À ce moment, le siège social de Cisco prévoyait effectuer environ 5 000 abolitions de postes dans le cadre de son plan de restructuration.

Lire : Cisco : la réorganisation mondiale n’aura aucun impact au Canada

Au moment de mettre en ligne, Direction informatique n’avait pas obtenu de réponse de la part de Cisco Canada pour une demande d’information quant au nombre d’emplois qui seraient abolis au Canada.

Cette restructuration d’envergure vise une réduction des dépenses courante d’un milliard de dollars américains dans le budget de Cisco. Cette mesure entraînera l’application de dépenses de 1,3 milliard de dollars américains dans les bilans financiers de Cisco au cours des prochains trimestres, dont 750 millions de dollars américains au quatrième trimestre financier 2011 de l’entreprise qui prendra fin le 31 juillet prochain.

Les plus récents résultats financiers de Cisco, soit ceux du troisième trimestre de son année financière 2011, faisaient état de revenus de 10,8 milliards de dollars américains et d’un bénéfice net de 1,8 milliard de dollars américains. Pour le trimestre équivalent de son année financière 2010, Cisco avait rapporté des revenus de 10,3 milliards de dollars et un bénéfice net de 2,1 milliards de dollars américains.

Vente d’une usine

Par ailleurs, Cisco a annoncé la vente à l’entreprise chinoise Foxconn de son usine de fabrication de terminaux pour téléviseurs qui est située à Juarez, au Mexique.

Les quelque 5 000 employés de cette usine devraient conserver leur emploi lors du transfert de leurs postes sous la responsabilité de Foxconn, qui devrait avoir lieu au cours du premier trimestre financier 2012 de Cisco.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juin de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+