Calcul haute performance : Calcul Canada alloue ses ressources pour 2012


Jean-François Ferland - 28/02/2012

L’organisme Calcul Canada a attribué des capacités de traitement et de stockage à 159 projets de recherche pour 2012, dont 54 seront réalisés dans des universités québécoises.

Selon les allocations établies pour 2012 par l’organisme Calcul Canada, qui chapeaute une plateforme de calcul à haute performance au Canada, quatre chercheurs de l’Université Concordia, à Montréal, auront accès aux capacités de traitement et de stockage de plusieurs superordinateurs. M. Clement Lam calculera le nombre de van der Waerden, M. Marius Paraschivoiu procédera à la simulation aérodynamique de turbines à axe vertical, M. Gilles Peslherbe réalisera des simulations de dynamique moléculaire et de chimie quantique sur des matériaux et M. Guillaume Lamoureux effectuera des calculs liés à des protéines et des métalloprotéines.

À l’École de technologie supérieure (ETS), à Montréal, M. Azzeddine Soulaïmani réalisera des travaux portant sur la modélisation de l’écoulement dans les turbines hydrauliques à l’aide d’un superordinateur.

À l’École polytechnique de Montréal, M. Alain Rochefort utilisera six superordinateurs au Québec dans le cadre de travaux portant sur les propriétés électroniques et structurales de matériaux électroactifs organiques. M. François Bertrand, de son côté, aura recours à six superordinateurs aux fins de la modélisation d’écoulements de fluides et de solides, alors que M. Michel Meunier effectuera des travaux liés à la nanoplasmonique pour la nanochirurgie des cellules par le biais de deux superordinateurs.

À l’Université McGill, à Montréal, M. Alain Evans réalisera des travaux liés à la plateforme d’imagerie cérébrale CBRAIN sur six superordinateurs. À l’aide d’un superordinateur, M. Yi Huang travaillera à la simulation d’un satellite et M. Daniel Kirshbaum oeuvrera à la modélisation de nuages. M. Hong Guo travaillera à la modélisation de dispositifs électronique nanoscopiques au moyen de sept superordinateurs.

Six autres chercheurs de l’Université McGill auront recours à des superordinateurs dans le cadre de travaux qui toucheront à divers domaines comme le séquençage génétique, l’exploration galactique et les dynamiques de la Terre.

Au consortium de recherche sur la climatologie Ouranos, à Montréal, Mme Anne Frigon travaillera à la production d’un ensemble de simulations climatiques régionales à très haute résolution au moyen de deux superordinateurs.

À l’Université de Montréal, M. Yoshua Bengio réalisera des travaux portant sur des algorithmes d’apprentissage approfondis à l’aide de trois superordinateurs. M. Pierre L’Écuyer planchera sur la simulation de systèmes stochastiques et sur des générateurs de nombres au hasard par le biais d’un superordinateur. M. Laurent Lewis s’intéressera aux propriétés physiques de matériaux avancés grâce aux capacités de traitement et de stockage de cinq superordinateurs.

Sept autres chercheurs de l’Université de Montréal utiliseront chacun d’un à trois superordinateurs pour procéder à des travaux qui ont trait à des domaines variés, comme la phylogénomique et la modélisation des protéines, les simulations magnétohydrodynamiques de la convection solaire et le séquençage à haut débit.

C’est à l’Université de Sherbrooke qu’on retrouvera le plus grand nombre de chercheurs d’un même établissement d’enseignement et de recherche du Québec qui auront recours aux infrastructures de Calcul Canada dans le cadre de leurs travaux, soit seize chercheurs. Les travaux toucheront à des domaines variés comme les supraconducteurs, la télédétection, l’informatique quantique et l’acoustique.

Deux chercheurs de l’Université du Québec à Montréal auront accès à des superordinateurs pour des travaux qui ont trait à l’évolution de la planète Terre. Enfin, sept chercheurs de l’Université Laval, à Québec, utiliseront les capacités de serveurs de calcul pour leurs travaux qui touchent à des domaines comme la biologie, la dynamique des fluides, la photonique, l’informatique distribuée et les nanosciences.

Les projets des chercheurs québécois auront recours principalement à des superordinateurs qui sont hébergés dans des universités de la province. On retrouve parmi ces superordinateurs Guillimin, de l’École de technologie supérieure, Psi, de l’Université Concordia, Mammouth-parallèle II et Mammouth-série II, de l’Université de Sherbrooke, Colosse, de l’Université Laval ainsi que Briarée et Cottos, de l’Université de Montréal.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+