Budget du Québec : Des réactions


Denis Lalonde - 21/03/2012

Sans être au coeur du plus récent budget du ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, l’industrie des technologies de l’information et des communications (TIC) a retenu l’attention. Voici des réactions aux principales mesures touchant les entreprises des TIC.

La présidente de l’Association québécoise des technologies (AQT), Nicole Martel, reconnaît que le budget appuie surtout d’autres industries comme les ressources naturelles, la mode ou le tourisme. Toutefois, elle note que des mesures visant à augmenter l’appropriation des technologies de l’information sont présentes dans tous ces secteurs d’activité.

« À ce stade, ce qu’on vient de faire, c’est de reconnaître que les technologies de l’information et des communications (TIC) constituent un vecteur important pour la productivité. Les entreprises qui choisiront d’adopter les TIC se verront accorder des crédits pour faire l’acquisition de divers logiciels ou de matériel. C’est bon signe », dit-elle.

Essor 2.0 et PME 2.0

« Deux mesures concernent une meilleure utilisation des TIC au sein des organisations, soit les programmes ESSOR 2.0 et PME 2.0, qui sont destinés à accompagner les PME manufacturières, dans le secteur de la mode notamment, dans l’intégration des technologies de l’information. Nous apprécions cette affirmation que les TIC constituent un moteur de productivité, de compétitivité et de croissance des entreprises et en particulier que nos PME manufacturières québécoises doivent accélérer le virage numérique », soutient le président du Réseau Action TI, Patrice-Guy Martin.

Ce dernier ajoute toutefois que l’impact de ces mesures sera limité, puisque l’enveloppe allouée au projet est de 6 millions de dollars sur trois ans.

« C’est du saupoudrage, mais l’intention du gouvernement est là », ajoute Nicole Martel.

Québec met également en place le projet pilote PME 2.0, auquel participeront une trentaine de PME des secteurs de la mode et de l’aérospatial. « Nous espérons que ce projet pilote sera concluant et que le prochain budget en témoignera en y accordant des crédits supplémentaires », commente M. Martin.

Titres multimédias : Reconnaissance des efforts de commercialisation

Mme Martel, tout comme la société Frima Studio, approuvent la modification du crédit d’impôt remboursable pour la production de titres multimédias.

« Auparavant, le crédit d’impôt était offert sans discernement aux sociétés présentes au Québec avec un centre de développement et celles qui, en plus, vivaient de leurs titres par des efforts de commercialisation. Avec la modification, le gouvernement reconnaît les efforts et les investissements additionnels que les entreprises doivent faire pour vivre de leurs titres », explique Mme Martel.

Selon les nouvelles règles, le crédit d’impôt remboursable pour la production de titres multimédias (volet général) sera de 37,5 % lorsque l’attestation d’admissibilité certifiera que le titre est destiné à une commercialisation, qu’il est disponible en version française et qu’il n’est pas un titre de formation professionnelle; de 30 %, lorsque l’attestation d’admissibilité certifiera que le titre est destiné à une commercialisation, qu’il n’est pas disponible en version française et qu’il n’est pas un titre de formation professionnelle; et de 26,25 %, dans les autres cas, incluant un titre de formation professionnelle.

« La commercialisation amène une certaine valeur. Elle nécessite l’embauche d’une équipe de vente et de marketing et parfois de support à la clientèle. On peut alors créer des centres de profits. J’aime bien le signal que ça envoie à l’industrie », ajoute Nicole Martel.

« Par ce geste concret, le Québec se donne aujourd’hui les conditions qui permettront d’attirer et de retenir, ici, les meilleurs talents, en plus de miser sur un environnement d’affaires compétitif et propice aux investissements, à la créativité et à l’innovation », a déclaré le président-directeur général de Frima, Steve Couture, dans un communiqué.

Les montants alloués à cette mesure sont de 3,9 millions de dollars sur trois ans.

Transformation de la Société Innovatech Québec et Chaudière-Appalaches

Le budget Bachand prévoit également la transformation de la Société Innovatech Québec et Chaudière-Appalaches (SIQCA) en société de capital mixte public-privé, en partenariat avec Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).

L’enveloppe allouée au projet est de 180 millions de dollars.

« La société veut faire des investissements autant en capital de risque qu’en financement de dette dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches. On vise également la création d’un accélérateur d’entreprises à Québec et des investissements conjoints avec Ange Québec. Cette mesure n’aura toutefois aucune répercussion pour les entreprises technologiques des autres régions du Québec », note la présidente de l’AQT, Nicole Martel.

Les TIC au service de l’industrie culturelle

Le Réseau Action TI voit également d’un bon œil l’engagement de 20 millions de dollars sur cinq ans pour la mise en œuvre de la stratégie numérique pour le secteur culturel : « Cela vient s’ajouter à une enveloppe de 9 millions de dollars accordée l’an dernier pour soutenir les défis des entreprises culturelles face au numérique », rappelle Patrice-Guy Martin.

Plus facile pour les PME d’entrer en Bourse

Le budget instaure également une mesure visant à permettre aux petites et moyennes entreprises de réaliser leur premier appel public à l’épargne (p.a.p.e.) sans se ruiner.

« Une entreprise admissible pourra bénéficier d’un crédit d’impôt remboursable équivalant à 30 % des frais d’émission admissibles engagés dans le cadre d’un p.a.p.e. Les frais admissibles seront, par ailleurs, limités à 15 % du produit brut de cette émission d’actions, sans excéder 3 millions de dollars », révèle le budget.

« Cette mesure pourrait profiter aux entreprises des TIC. Les entreprises qui veulent entrer en Bourse doivent investir des sommes considérables en honoraires professionnels. C’est un signal qu’on est prêt à aider les entreprises », explique Nicole Martel.

À lire également sur le Budget du Québec 2012

Budget du Québec : Assouplissement des mesures pour les crédits d’impôt liés aux titres multimédias

Budget du Québec : Une aide pour les coopératives de travailleurs en TI

Budget du Québec : D’autres mesures à caractère technologique

Pour consulter l’édition numérique du magazine de février-mars 2012 de Direction informatique, cliquez ici




Tags: , , , , ,

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW