Boule de cristal et Webcom Montréal : l’attrait du regroupement


Jean-François Ferland - 13/10/2011

Michel Chioini explique le contexte qui a mené à l’obtention du volet de logistique de la conférence Boule de Cristal, et les orientations d’un événement combiné à Webcom Montréal qui aura lieu en 2012. Il commente aussi le retour à l’indépendance de sa firme Les Productions Eventia depuis octobre 2010.

Au lendemain de l’annonce de l’obtention d’un mandat lié à l’aspect logistique de la conférence Boule de cristal (Lire : Le CRIM confie la conférence Boule de cristal aux responsables de Webcom Montréal), l’entrepreneur Michel Chioini, qui produit les conférences Webcom Montréal, indique que l’effet du hasard a fait en sorte que sa firme Les Productions Eventia se soit vu confier l’aspect événementiel de la conférence annuelle de l’organisme de recherche appliquée et de transfert technologique CRIM. Le CRIM, qui avait pris en charge tous les volets de la Boule de cristal au cours des huit éditions précédentes de la conférence, concentrera ses efforts sur le contenu à compter de l’édition 2012.

« Le CRIM cherchait un producteur pour faire l’événement. Cet organisme a une mission très claire de transfert des connaissances dans le domaine de l’informatique, notamment par l’événementiel comme la Boule de cristal, qui constitue un succès. Mais cela devenait un peu trop gros pour eux de s’occuper de la logistique en soi », explique M. Chioini.

« Quand [un événement] atteint un seuil critique de 700 ou 800 personnes, on est trop petit pour être gros et trop gros pour être petit. On arrive comme à l’adolescence et on se demande ce qu’il adviendra ensuite. [Le CRIM] voulait conserver l’événement, mais il n’avait pas la capacité d’en poursuivre la croissance », ajoute-t-il.

Selon M. Chioini, des responsables du CRIM étaient sur le point de le contacter lorsqu’une personne qui travaille avec lui, par hasard, a rencontré la présidente du conseil d’administration du CRIM (Mme Marie Lapalme d’AudiSoft Technologies). Cette dernière aurait alors manifesté l’intérêt de l’organisme à rencontrer le responsable des conférences Webcom. « C’est ainsi que c’est arrivé, à deux semaines de l’édition de mai 2011 de Webcom. Ils y ont assisté, ils ont vu et ils y ont cru », indique M. Chioini.

Opportunités mutuelles

M. Chioini qualifie l’obtention du mandat lié à la logistique de la conférence Boule de cristal « d’opportunité en or » pour son propre événement Webcom Montréal, qui atteignait un seuil critique de croissance.

« C’était à peu près la même chose avec Webcom – trop petit pour être gros, trop gros pour être petit. Mais en “jumelant” les deux événements, on peut attirer 1 500 personnes. La Boule de cristal et Webcom étaient des événements similaires dans leurs formes, mais ils étaient “TI” alors que j’étais “marketing, communications et stratégies”. Si je n’ai jamais attaqué le volet TI, c’est parce que la Boule de cristal existait depuis huit ans », affirme-t-il.

M. Chioini précise que l’appellation et le format de l’événement fédérateur ne sont pas encore définis entièrement, mais il assure que la Boule de cristal et Webcom conserveront leurs marques et leurs secteurs d’activité respectifs. Il envisage aussi de réaliser par la même occasion un essaimage de l’aspect lié au contenu de la conférence Webcom, afin de lui attribuer une piste distincte durant l’événement. « Ainsi, on pourrait attirer 2 000 personnes », estime-t-il.

M. Chioini précise que le nouvel événement aura lieu au siège social de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), à Montréal, où se déroulent les conférences Webcom depuis quelques années.

Indépendance

En janvier 2010, l’entreprise Les Productions Eventia de M. Chioini avait fait l’objet d’une acquisition de la part de l’entreprise Intema Solutions, qui est spécialisée en solutions d’intégration technologique pour les activités de marketing et de services à la clientèle pour les PME ( Lire : Conférences Webcom : Le groupe Eventia acquis par Intema). Or, une dizaine de mois plus tard, M. Chioini a racheté la propriété intellectuelle de Webcom afin d’en poursuivre l’exploitation de façon indépendante.

M. Chioini explique que Intema Solutions l’avait approché en 2009 afin d’amorcer les activités d’une division de services, et qu’au début de 2010 l’entreprise avait acquis les actifs de Webcom et procédé à son embauche. Or, la relation entre les deux parties n’a pas fonctionné et M. Chioini s’est retiré d’Intema Solutions en rachetant les actifs de Webcom. Ces événements n’avaient pas été dévoilés publiquement.

« Ils ne connaissaient pas l’événementiel, alors que j’en faisais dans le milieu du Web depuis 2002. Ça “accrochait” un peu. [...] On ne s’entendait pas, tout simplement », explique M. Chioini.

« [L'événement] Webcom était un peu amoché lorsque je l’ai repris, mais il est revenu à ce qu’il était, et celui qui aura lieu dans un mois [en novembre 2011] sera gros », ajoute M. Chioini. Il souligne à cet effet que l’édition automnale de Webcom Montréal se déroulera sur deux journées plutôt qu’une, alors qu’une journée de la programmation sera consacrée à la présentation de six ateliers de trois heures.

M. Chioini précise que la conférence Webcom continuera d’avoir lieu deux fois par année, malgré l’intégration des activités de la Boule de cristal au printemps, car l’entrepreneur estime que les choses évoluent assez rapidement dans le domaine du Web et d’Internet pour qu’on en traite aux six mois.

Également, M. Chioini également la tenue de conférences Webcom de plus petite envergure à longueur d’année dans les régions du Québec, tout comme la prestation d’activités de formation. Toutefois, la production d’événements hors du Québec, comme la conférence Webcom qui a été réalisée à Toronto en novembre 2010, a été mise sur la glace pour l’instant.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de septembre de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+