BlackBerry: Résultats annuels en baisse et départ de Mike Lazaridis


Jean-François Ferland - 28/03/2013

BlackBerry rapporte des revenus intérieurs et une perte nette pour son année financière 2013, mais un bénéfice net pour son dernier trimestre. Le fondateur Mike Lazaridis quitte l’entreprise.Logo de BlackBerry

Le fabricant canadien de téléphones évolués BlackBerry rapporte des revenus annuels de 11,1 milliards de dollars américains. Ces revenus sont inférieurs de 40 % aux revenus de 18,4 milliards de dollars qui avaient été rapportés pour l’année financière 2012 de l’entreprise.

Parmi les revenus de l’année financière 2013 de BlackBerry, qui a pris fin le 2 mars dernier, 2,8 milliards de dollars américains ou 26,2 % de l’ensemble des revenus proviennent du marché de l’Amérique du Nord et 4,5 milliards de dollars américains ou 40,7 % de l’ensemble des revenus proviennent du marché de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique.

Le marché de l’Amérique latine a produit des revenus de 2,1 milliards de dollars américains ou 19,1 % de l’ensemble des revenus annuels de BlackBerry, alors que le marché de l’Asie-Pacifique a produit des revenus de 1,5 milliards de dollars américains ou 14,1 % de l’ensemble des revenus annuels de l’entreprise.

BlackBerry rapporte une perte nette annuelle de 628 millions de dollars américains. Cette perte nette fait contraste avec un bénéfice net de 1,2 milliard de dollars américains qui avait été rapporté pour l’année financière 2012 de l’entreprise.

Pour le quatrième trimestre de son année financière 2013, BlackBerry rapporte des revenus de 2,7 milliards de dollars américains. Ces revenus sont inférieurs de 36 %  aux revenus de 4,2 milliards de dollars américains qui avaient été constatés pour le dernier trimestre de l’année financière 2012 de l’entreprise.

Toutefois, BlackBerry rapporte un bénéfice net trimestriel de 94 millions de dollars américains, soit mieux que le bénéfice net trimestriel de 14 millions de dollars américains qui avait été rapporté douze mois plus tôt.

Au cours de ce trimestre, Research In Motion a amorcé sa relance, notamment en adoptant l’appellation actuelle de BlackBerry. L’entreprise de Waterloo, en Ontario, a également procédé à la commercialisation d’un premier modèle de téléphone évolué qui est fondé sur le système d’exploitation BB10, soit le modèle Z10, et à la présentation d’un modèle à clavier mécanique qui sera commercialisé prochainement, soit le Q10.

À lire
Fiche technique des appareils Q10 et Z10 de BlackBerry
Le BlackBerry 10 peut-il rivaliser avec iOS, Android et Windows 8?
RIM jouera son avenir le 30 janvier
BlackBerry 10 : Une étape cruciale pour Research In Motion
BlackBerry 10 : Une évolution importante pour Research In Motion

Selon un article du journaliste Howard Solomon qui a été publié dans le portail IT World Canada – une publication soeur de Direction informatique – BlackBerry aurait vendu un million d’appareils Z10 durant le trimestre. Par contre BlackBerry aurait vendu cinq millions d’appareils évolués qui étaient fondés sur les systèmes d’exploitation 6 et 7 durant le trimestre, pour un total d’environ 6 millions de téléphone. Ce total serait inférieur à la cible de 7,1 million d’appareils qui avait été établie par des analystes pour le trimestre.

Mike Lazaridis quitte son entreprise

Par ailleurs, BlackBerry a annoncé que le fondateur Mike Lazaridis quittait l’entreprise. M. Lazaridis, qui a fondé Research In Motion en 1984, occupait les rôles de vice-président du conseil d’administration et d’administrateur au sein de l’entreprise.

« Avec le lancement de BlackBerry 10, je crois avoir rempli mes engagements envers le conseil d’administration, Je crois laisser l’entreprise entre de bonnes mains. Je demeure un grand admirateur de BlackBerry et je souhaite le meilleur à l’entreprise et ses gens », a indiqué M. Lazaridis dans un communiqué, tout en louangeant le travail du chef de la direction Thorsten Heins et des autres dirigeants.

Mike Lazaridis, à titre de cochef de la direction de Research In Motion avec Jim Balsillie, a contribué à l’ascension de RIM à titre de pionnier du marché des téléphones évolués durant les années 2000. Or, les difficultés de l’entreprise à répondre à la concurrence des appareils iPhone d’Apple et de la plateforme Android de Google et les problèmes techniques que la plateforme de messagerie de RIM a connus au cours des deux dernières années ont obligé Lazaridis et Balsillie à occuper un rôle secondaire ou à quitter l’entreprise.




Tags: , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+