BlackBerry relance Messenger pour Android et IOS… avec une file d’attente


    Jean-François Ferland - 21/10/2013

    Les personnes qui n’avaient pas souscrit à une liste d’envoi, lorsque les problèmes sont survenus en septembre, devront attendre le feu vert de BlackBerry pour utiliser Messenger.Logo de BlackBerry

    Le fournisseur technologique canadien BlackBerry, qui avait mis en veilleuse la parution de l’application de messagerie Messenger sur les plateformes Android et iOS à la suite de la parution d’une version non autorisée de l’application pour Android, le 21 septembre dernier, annonce la disponibilité des versions officielles du logiciel.

    Dès maintenant, les personnes qui désirent utiliser le service Messenger de BlackBerry peuvent télécharger une application mobile par le biais des boutiques Google Play de Google et App Store d’Apple et de certaines boutiques d’applications de Samsung.

    BlackBerry précise que les « millions » de personnes qui ont inscrit leurs coordonnées dans une liste d’envoi, lorsque la parution des applications Messenger a été reportée, peuvent dès maintenant utiliser le réseau BBM.

    Toutefois, comme l’explique un billet de blogue qui a été publié par Andrew Bocking, de BlackBerry, les personnes qui n’ont pas procédé à leur inscription dans cette liste d’envoi doivent inscrire une adresse de courriel dans un champ qui apparaît à l’écran lors de l’installation de l’application. Cette adresse de courriel sera utilisée pour établir une « file d’attente » pour l’utilisation du réseau BBM. Lorsque l’adresse de courriel sera rendue à l’avant de la file, BlackBerry lui enverra un courriel à l’inscrit pour l’aviser qu’il peut utiliser le réseau de messagerie.

    Cette approche vise probablement à prévenir un affaissement du réseau BBM en raison d’une quantité élevée d’utilisation initiale de ses services par les appareils à plateforme Android et iOS.

    Rappelons que les personnes qui avaient téléchargé et installé l’application pour la plateforme iOS avant la suspension de la diffusion des applications mobiles, en septembre dernier, avaient pu continuer à en faire l’utilisation. Toutefois, quelque 1,1 million de personnes qui avaient téléchargé la version non autorisée de l’application pour Android n’avaient pu l’utiliser sur le réseau BBM.




    À propos de Jean-François Ferland

    Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
    Google+