Attention au plafond d’absorption de la publicité numérique


Dominique Lemoine - 18/06/2015

Les consommateurs sensibles à un volume élevé d’exposition à la publicité numérique élimineraient « impitoyablement » des marques.

Saturation numérique, marques, publicité, marketing

Image : Thinkstock

Aimia, une entreprise de Montréal qui offre des services de marketing et d’analytique de fidélité par l’entremise de données, affirme dans une étude maison que toutes les générations auraient un niveau de « saturation numérique ».

La génération du millénaire serait la plus susceptible (44 %) de se « désengager définitivement » des marques qui leur envoient un volume « élevé » de communications génériques de masse par courriel, soutient Aimia, qui ajoute que 13 % de la génération X ferait aussi partie de ce groupe « sensible à un volume élevé ».

« Trois consommateurs sensibles au volume élevé sur cinq ont indiqué que la quantité de communications qu’ils reçoivent par courriel de la part des marques les submerge. Les résultats sont similaires pour les messages SMS et les alertes ciblées. Ce n’est pas parce qu’une personne partage des renseignements avec une marque qu’elle veut pour autant être inondée de messages génériques », précise Aimia.

Selon Aimia, les consommateurs qui sont sensibles à volume élevé sont susceptibles de fermer leurs comptes et de se désabonner des listes d’envoi par courriel, de bloquer des numéros de téléphone, de supprimer des applications en raison des alertes ciblées et d’arrêter de suivre des marques sur des réseaux sociaux.

Lire aussi :

L’effet boomerang du marketing indésirable

Les lettres de publicité par courriel en perte de vitesse

Voix discordantes sur le marketing sur les médias sociaux




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dominique Lemoine

À propos de Dominique Lemoine

Dominique Lemoine est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.
Google+