Amaya pourrait vendre une propriété pour 70 M$


Jean-François Ferland - 21/10/2013

Groupe de jeux Amaya pourrait céder à une entreprise récemment créée les actions qu’elle détient dans l’exploitant de casino en ligne WagerLogic Malta Holdings.Logo de Groupe de jeux Amaya

Groupe de jeux Amaya, une entreprise de Montréal qui est spécialisée en matériel et en logiciels qui sont destinés à l’industrie du jeu de hasard, a établi une entente avec l’entreprise Goldstar Acquisitionco afin de lui céder toutes les actions en circulation de WagerLogic en échange d’une somme de 70 millions de dollars. La transaction devrait être conclue le 31 décembre 2013.

Goldstar compte financer l’acquisition de WagerLogic au moyen d’une somme qui proviendra d’un placement privé qui pourrait générer 80 millions de dollars.

La transaction, si elle est réalisée, inclut des clauses de compensation, de part et d’autre, qui sont liées à l’atteinte d’objectifs de revenus. Après l’éventuelle transaction, des filiales Groupe de jeux Amaya continueront de fournir  à WagerLogic des logiciels, du contenu et des services en fonction d’une entente de services existante.

WagerLogic est une filiale de l’entreprise CryptoLogic dont Groupe de jeux Amaya a fait l’acquisition en juin 2012 pour une trentaine de millions de dollars américains. CryptoLogic était alors une propriété anglaise.

WagerLogic offre plus de 150 jeux de casino en neuf langues et trois devises, par le biais de sites web de casino en ligne. Plus de 1,2 million de personnes à travers le monde utiliseraient les jeux de hasard de cette entreprise.

D’autre part, l’entreprise Goldstar Acquisitionco, qui a été constituée en Ontario en septembre dernier, participera à un regroupement d’entreprises avec Aumento Capital II, une société de capital de démarrage de Toronto qui a été établie en 2010. Lors de ce regroupement, toutes les actions de Goldstar seront échangées contre des actions d’Aumento.

Soulignons que la négociation du titre de Aumento Capital II a été interrompue à la mi-octobre 2013 par l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières, en raison d’un « défaut d’effectuer une opération admissible dans les 24 mois d’une cotation. »




Tags: , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+