Activités sur les sites gouvernementaux: Peu de changement au Québec en 2012


Jean-François Ferland - 29/01/2013

Selon les données de l’enquête NETendances 2012 du CEFRIO, l’utilisation des sites Web gouvernementaux continuerait d’être plutôt passive au Québec.Photo d'une utilisatrice d'Internet

Selon le volet consacré à l’utilisation des sites Web gouvernementaux de l’enquête NETendance du CEFRIO, un organisme québécois de liaison et de transfert dans le domaine des TI, 69 % des internautes adultes québécois auraient recherché de l’information sur un site Web gouvernemental en 2012. L’année dernière, 62 % auraient consulté de la documentation sur des programmes ou des services gouvernementaux.

Toutefois, seulement 35 % auraient effectué des transactions sur des sites gouvernementaux, 35 % auraient utilisé des dossiers gouvernementaux personnels en ligne et 14,8 % auraient communiqué avec une administration gouvernementale en 2012.

Le CEFRIO souligne que la recherche d’informations a progressé de 6,9 points de pourcentage depuis 2010 et que la réalisation de transactions a augmenté de 8,6 points de pourcentage en deux ans. Toutefois, en comparaison avec les données de 2011, toutes les activités ont fait l’objet d’une baisse d’un à quatre points et demi de pourcentage. La consultation de la documentation sur les programmes ou services gouvernementaux n’avait pas fait l’objet d’une question lors des deux éditions précédentes de l’enquête du CEFRIO.

Perceptions

L’étude NETendances 2012 traite aussi des critères de navigation sur un site Web gouvernemental. Les adultes internautes québécois accorderaient de l’importance, entre autres, à la présence d’un environnement sécurisé et la protection de la vie privée, à la fiabilité, à la qualité de l’information et à la facilité d’utilisation (de 8,3 à 8,8 sur 10).

La possibilité de payer en ligne, les fonctions interactives et la personnalisation de la navigation ainsi que l’esthétisme seraient de moindre importance aux yeux des adultes internautes québécois (de 5,6 à 6,9 sur 10). Ici encore, les variations en comparaison avec les données de 2011 sont peu élevées.

D’autre part, le CEFRIO souligne que les adultes internautes québécois accorderaient une note de 7,7 sur 10 à la sécurité des transactions qui sont réalisées en ligne avec le gouvernement du Québec (8 sur 10 en 2011), Également, les internautes accorderaient une note de 6,6 sur 10 à la facilité à faire des transactions en ligne avec le gouvernement provincial (7 sur 10 en 2011).

« En s’inspirant des meilleures pratiques actuelles, notamment de l’exemple des institutions financières qui proposent souvent des solutions de transactions en ligne simples et conformes aux attentes de leurs utilisateurs, le gouvernement gagnerait sans doute une meilleure perception de la part des usagers tout en facilitant le processus transactionnel », déclare Oumou S. Diallo, stratège Web chez Adviso, dans une citation incluse dans le rapport. Cette agence de marketing en ligne fait partie des commanditaires de l’enquête NETendances du CEFRIO, avec Services Québec, le Mouvement des caisses Desjardins et Telus.

Le volet consacré au gouvernement en ligne de l’édition 2012 de l’enquête NETendances fournit aussi des données sur l’utilisation des sites Web gouvernementaux par les internautes adultes québécois l’année dernière.

Lire : Internautes et gouvernements en ligne: De la stabilité et de la stagnation

L’enquête NETendances sur le gouvernement en ligne du CEFRIO a été réalisée à l’aide des données qui ont été recueillies lors de sondages téléphoniques en mai, novembre et décembre 2012. Parmi 1 000 adultes québécois qui ont été contactés, 806 ont répondu au sondage. La collecte et le traitement des données ont été réalisés par la firme BIP.




Tags: , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+